L’Auberge Restaurant « La Clusaz » se trouve à Gignod dans le Val-d’Aoste sur la route de la Vallée du Grand Saint-Bernard à quelques kilomètres du col du même nom.

 

Un peu d’histoire...

La route qui conduit aujourd’hui à « La Clusaz » n’était qu’un sentier à l’époque celte ; il devint par la suite la route romaine menant en Suisse et en Allemagne. « Mons Jovis » : c’est ainsi que les Romains appelaient le Col du Grand St-Bernard, le passage des Alpes le plus important. Un temple s’érigeait sur le Col, dans lequel les soldats et les voyageurs offraient des sacrifices pour appeler la faveur des dieux sur leurs voyages. Les légions romaines ont foulé cette terre de même que les soldats de Charlemagne ; les armées de Napoléon Bonaparte franchirent le Col en 1800 en route vers Marengo, lieu de la fameuse bataille dont elles sortirent victorieuses.

Vers l’an 1050, Bernard de Menton, archidiacre d’Aoste, fit contruire sur le col qui porte aujourd’hui son nom, un hospice pour offrir refuge et assistance aux voyageurs. L’hospice fut confié aux moines de l’ordre de St-Augustin qui continuent aujourd’hui encore à accomplir leur mission avec dévouement. Le bâtiment de l’hospice a subi de nombreux agrandissements et restructurations au cours des siècles, mais il reste un lieu de recueillement et de prière pour les voyageurs qui veulent se plonger dans le silence de ce havre de paix.

Dans l’œuvre d’assistance et de secours aux gens de passage, les moines se firent un allié de taille : le chien St-Bernard, symbole de fidélité et de bonté. Grâce à sa résistance physique et à son bon caractère, cette race se prêtait particulièrement bien à être entraînée à rechercher les voyageurs perdus ou ensevelis sous la neige. Bien que les méthodes actuelles des secouristes, qui prévoyent l’utilisation d’hélicoptères, imposent le recours à des races de chien plus légers, les moines continuent l’élevage du St-Bernard qu’ils pratiquent en procédant à des sélections rigoureuses et en prodiguant des soins attentifs. Après l’hivernage à Martigny, ils ramènent les chiens au Col pour la belle saison, au grand ravissement du nombreux public qui leur rend visite chaque année.

L’ancienne tradition de l’hospitalité, cultivée dans la Vallée du Grand St-Bernard, se reflète dans l’histoire de « La Clusaz ». Les plus anciens témoignages remontent au 12e siècle : pour être précis, les premières attestations écrites datent de 1140 et décrivent l’existence de l’auberge comme une étape pour les voyageurs tranversant le Col du Grand St-Bernard.

En 1820, le refuge cessa son activité, après qu’il eût été vendu à Nicola Gerbore, qui le transforma en ferme et en détruisit la chapelle. Par la suite, le bâtiment fut renové à plusieurs reprises. Une plaque en fer, exposée au-dessus de la cheminée dans la salle à manger et reproduisant les armes de l’archidiacre d’Aoste, René Ribitel (18e siècle), rappelle le passé hospitalier du refuge et témoigne d’une époque révolue.

Heureusement, en 1925, Graziano Grange, le grand-père de Maurizio, devint le propriétaire de « La Clusaz », construisit la ferme et réveilla l’ancienne vocation des lieux en ouvrant l’Auberge et le Restaurant. Cette activité a été reprise par les propriétaires actuels : Maurizio Grange et sa compagne Sevi Math.

La famille Grange travaille inlassablement et avec passion pour offrir à ses hôtes la qualité d’accueil que les voyageurs d’antan vivaient entre ses murs.

 

Suivez-nous : visite guidée de l’Auberge Restaurant  « La Clusaz »

 

La réception de l’Auberge Restaurant est chaleureuse et accueillante. Une atmosphère discrète et calme caractérise l’entrée où le rappel des traditions se fond presque par magie dans la lumière et les couleurs. Nous sommes ici au point de convergence entre les deux mondes de « La Clusaz » : l’Auberge et le Restaurant.

Poursuivez votre visite en entrant dans les deux salles à manger. Elles se trouvent dans les locaux anciennement fréquentés par les voyageurs, sous de spectaculaires voûtes en pierre, savamment éclairées de lumières indirectes qui confèrent toute leur chaleur à ces deux locaux. Elégants et typiques, les deux espaces se distinguent par leur utilisation différente. La première salle, caractérisée par une ambiance plus intime et recueillie, est idéale pour des moments de convivialité sereine et peut accueillir jusqu’à 30 personnes. Légèrement plus grande, sobre et raffinée, la seconde se prête à des réceptions, banquets, fêtes privées ou mariages.

Le Restaurant propose deux menus fixes (le menu tradition et le menu saison) qui alternent les plats et les saveurs en fonction du marché. La cuisine de « La Clusaz » met en valeur avec enthousiasme et en soignant la qualité le patrimoine gastronomique de la Vallée. Le but est de faire confluer dans les plats la tradition et l’innovation au moyen d’un travail constant de recherche et d’expérimentation.

Après le dîner, accordez-vous encore un moment de détente devant le feu de la cheminée dans le petit salon, ou alors – durant la bonne saison – sur la terrasse solarium. Vous pouvez également approfondir vos connaissances des vins valdôtains sous les voûtes en pierre et les murs épais de la cave, en dégustant des vins sélectionnés avec soin par Maurizio Grange.

Si vous séjournez à l’Auberge, vous serez séduits par une des 14 chambres au charme discret situées à l’étage supérieur. Elles sont le résultat de la restructuration soigneuse des locaux qui offraient au siècle passé un refuge aux voyageurs. Toutes les chambres sont aménagées de manière personnalisée et se répartissent selon trois types: Relax, Panorama et Ambiance.

Les propriétaires de l’Auberge, Maurizio Grange et Sevi Math, vous donneront tous les renseignements nécessaires pour approfondir vos connaissances de la Vallée et vous accompagner dans la découverte de notre charmante région, riche en histoire, en culture et en tradition, mais ouverte aussi aux sports, aux divertissements et aux promenades dans la nature.